Image
VOS PROGRAMMES GUERRE-MONDIALE
Lorsque le grand reporter Joseph Kessel et le photographe Jean Moral sont envoyés par le grand journal Paris Soir pour couvrir la guerre d’Espagne en octobre 1938, la guerre civile espagnole fait rage depuis plus de deux ans. Tout en racontant les péripéties de cette équipée, le film narre ces trois années sanglantes et fratricides - au travers d’images d’archives et des photographies de Jean Moral - qui marquent l’entrée de la population espagnole dans les ténèbres de la dictature.
Dimanche 5 avril à 20h40
Programmation spéciale : Hitler et ses complices
Quel chef de guerre fut Goering ? L’homme de fer comme il aimait à se faire appeler ? Celui qu’Hitler avait nommé Reichsmarschall, l’unique supérieur hiérarchique de tous les militaires du Reich, a-t-il seulement voulu la grande déflagration mondiale ? Goering, l’homme de fer est le portrait de l’une des personnalités les plus emblématiques du IIIème Reich, pétrie de contradictions, démesurée dans la jouissance et l’ambition, et au destin hors du commun. Même si son ascension fut vertigineuse jusqu’à devenir le richissime dauphin d’Hitler, Goering, commandant suprême de l’armée de l’air, chef de guerre paradoxal, qui multiplie les tentatives de paix en coulisses, va commettre des erreurs irréparables dans des batailles qui changeront le cours de l’Histoire, et précipiteront sa chute finale.
Dans certains des chapitres les plus sombres de l'histoire humaine, des hommes et des femmes ordinaires font des choses extraordinaires pour la défense de leur famille, de leur pays et de leur mode de vie. Ces héros et ces héroïnes opèrent souvent en secret et en marge de l’histoire, leurs incroyables actes oubliés et leurs histoires indicibles jusqu’à présent. Ces histoires étonnantes d'héroïsme et de sacrifice extraordinaires ne font que sortir de l'ombre. L’effet des années de dissimulation et de propagande de l’ère soviétique a permis de garder jusqu’à présent ces incroyables récits de bravoure d’un large public.
Dans les années 30, des millions de personnes se bousculaient pour rendre hommage à Adolf Hitler. Le Führer compte bien utiliser ce pouvoir pour entrainer l'Allemagne dans une guerre.
Dimanche 5 avril à 21h35*
Programmation spéciale : HITLER ET SES COMPLICES



l y a trois ans, un diplômé en économie australien est tombé sur l'histoire extraordinaire d'Albert, frère d'Herman Goring. Malgré ses relations avec les plus hauts échelons du parti nazi, Albert était résolument anti-nazi. Il a sauvé 34 personnes des atrocités nazies en utilisant avec audace la fausse signature de son frère ou sa position pour empêcher la persécution ou l'envoi dans des camps de concentration.
« Toute la France, toute l’Europe est en prison » écrivait Jean Guéhenno dans Journal des années noires et pourtant toutes les grandes villes françaises n’ont pas vécu l’occupation allemande de la même manière. D’abord coupée en deux le 22 juin 1940 puis totalement annexée en novembre 1942, la France s’est organisée sous le joug allemand en fonction du degré d’oppression et de résistance. Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, ou Bordeaux comme les autres grandes villes ont dès lors, leur propre histoire !  Quelles ont été les conséquences selon les régions au niveau économique, politique et de la vie quotidienne ? Où étaient les foyers de la Résistance ou de la collaboration ? Quels actes héroïques ou malheureux ont été commis à Bordeaux, Brest, ou ailleurs ? Quelles régions connurent le plus de sabotages ou de bombardements ? Comment vivait-on entre zone nord et zone sud ? Quid des Juifs selon les régions dites libres ou occupées ? Autant de questions qui vont nourrir cette série documentaire inédite sur les grandes villes françaises sous l’occupation.
Dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, les enfants de moins de 16 ans étaient envoyés avec leurs mères vers les chambres à gaz. De septembre 1943 à juillet 44, les SS font une exception pour les familles tchèques. Ces familles ne sont pas séparées comme les autres, les enfants ne sont pas exterminés. Ils sont envoyés dans une partie du camp appelée par les nazis « Familienlager », située à 400 mètres des crématoires. Le « camp des familles » reste une véritable énigme pour les historiens. Le film raconte cette histoire inédite et inconnue du grand public à travers le prisme de dessins originaux animés.