Image
Compte Toute L'Histoire
Votre abonnement vous permet d'accéder au Live et Replay de la chaîne.
Si vous avez déjà un compte :
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
 
 
 
 
Si vous n'en avez pas :
 
 
 
Entre 6 et 12 caractères
 
 
 
 
VOS PROGRAMMES XXEME-SIECLE
"Algérie, les deux soldats" raconte deux histoires vraies. Celles de deux parachutistes français, aux convictions opposées, mais qui choisirent tous deux la voie extrême, dangereuse, du refus et de la désertion. Fidèles avant tout à leur conscience ils mirent leur vie en jeu au nom de leurs idées.1956. Le sergent Noël Favrelière, fils de résistants, part pour un deuxième séjour en Algérie. Cette guerre lui semble inutile, injuste même. Un jour, en opération avec son régiment dans le désert, il réalise qu'on vient de jeter un prisonnier d'un hélicoptère en vol et que le même sort menace un jeune homme dont il a la garde. C'en est trop. Impulsivement, il décide de le libérer et s'enfuit avec lui. 1961. Le sous-lieutenant René Técourt, volontaire pour combattre en Algérie, a participé au putsch des généraux, soulevés contre de Gaulle et sa politique. La seule issue, à ses yeux, consiste à déserter et à rejoindre le combat clandestin mené par l'O.A.S. Deux destins inversés, et pourtant deux hommes qui nous parlent de loyauté, de droiture, de justice, d'amour de la France. Deux hommes qui ont tout risqué, qui ont survécu et qui il y a cinquante ans, se seraient affrontés sans merci. Aujourd'hui, après avoir lié connaissance sur le tournage, ils sont devenus amis.
Samedi 28 janvier à 20h45
1978 : Enlèvement et séquestration d'Aldo Moro. Un évènement qui suscite alors une véritable onde de choc à travers la télévision en Italie. Ils avaient entre 20 et 30 ans. Ils étaient originaires de Milan, de Rome et de Reggio-Emilia. Certains étaient étudiants, d'autres salariés d'usine, l'un d'entre eux appartenait au monde paysan. Le 16 mars 1978, dans une Rome en état de siège, 9 d'entre eux parviennent à bloquer le convoi d'un des dirigeants politiques italiens le plus prestigieux, Aldo Moro, à tuer son escorte, à l'enlever et à l'enfermer dans ce qu'ils ont appelé " une prison du peuple ". La séquestration de ce symbole de l'Etat italien va durer 55 jours. Cet événement fracassant qui concentre en lui toute la période des années de plomb en Italie va paradoxalement sonner le glas d'un mouvement qui s'était fixé comme objectif, dix ans auparavant, de faire la révolution par les armes, de créer une société plus juste par l'affrontement armé avec le Capital, les Institutions et l'Etat italiens. Ce documentaire analyse cet événement en partant de l'intérieur du mouvement des Brigades Rouges, en racontant le parcours des hommes qui ont organisé cet enlèvement, qui ont défié l'Etat italien, terrorisé l'Italie et qui ont finalement décidé de lui donner une issue tragique.
Samedi 21 janvier à 20h45
Bruce Reynolds évoque la préparation minutieuse de l'attaque du train et son déroulement, avant de revenir sur les erreurs malheureuses qui l'ont finalement conduit en prison... Son fils revient à son tour sur ses souvenirs de l'époque.
Le service de Dieu et le pouvoir temporel sont-ils compatibles ? Le pape a-t-il un pouvoir politique ? Peut-on reconnaître le Diable ? Lui résister ? Que faire contre la force des armes ? Le Vatican combien de divisions ? Que peut la parole contre la force des armes ? Il n'y a pas d'exemple au monde d'un pouvoir plus concentré ni plus durable que celui de l'Etat du Vatican. Depuis sa création, en 1929, sept papes et neuf secrétaires d'Etat seulement ont assuré la continuité de sa diplomatie. Huit d'entre eux ont vraiment pesé. Ils ont été confrontés tour à tour au fascisme, au nazisme, au totalitarisme soviétique, à la guerre civile, à deux guerres mondiales, à l'extermination des juifs, aux purges staliniennes, à la guerre froide, à la menace atomique. Dans le même temps l'Eglise a pris une dimension socio-politique universelle. Ce documentaire en deux parties raconte l'histoire secrète de la diplomatie vaticane au cours du siècle dernier. À partir des archives secrètes très récemment ouvertes, grâce aussi aux recherches d'historiens et grâce aussi au témoignage de membres de la curie romaine, il apporte beaucoup de révélations sur des aspects méconnus ou tout simplement ignorés. Tentatives pour la paix en 1917, relations avec Mussolini, question du parti catholique en Italie et en Allemagne entre les deux guerres, guerre d'Espagne, relations avec Hitler, dilemmes de Pie XII pendant l'holocauste des juifs, création des partis démocrates chrétiens, disgrâce de Mgr Montini, le futur Paul VI, relations de Jean XXIII avec Krouchtchev, missions secrêtes avec l'Eglise du silence, Ostpolitik de Paul VI et 3ème corbeille d'Helsinki, Jean-Paul II et Solidarnosc, chute du Mur et rencontre avec Gorbatchev : c'est une vision inattendue et différente de toute l'histoire du 20ème siècle. Tentatives pour la paix en 1917, relations avec Mussolini, question du parti catholique en Italie et en Allemagne entre les deux guerres, guerre d'Espagne, relations avec Hitler, dilemmes de Pie