Image
Compte Toute L'Histoire
Votre abonnement vous permet d'accéder au Live et Replay de la chaîne.
Si vous avez déjà un compte :
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
 
 
 
 
Si vous n'en avez pas :
 
 
 
Entre 6 et 12 caractères
 
 
 
 
VOS PROGRAMMES SOIREE-SPECIALE
Dimanche 9 avril à 20h45
« Lafayette », wer’re here ! » Il y a 100 ans les Etats-unis entraient en guerre aux côtés des armées alliées. Un tournant pour le 1er conflit mondial. Quelles sont les raisons réelles de l’intervention américaine dans la Grande Guerre ? Comment sont-ils devenus dans ce contexte la première puissance mondiale. Toute l’histoire vous propose une soirée spéciale.
LES AILES DE LA LIBERTE - ESCADRILLE LAFAYETTE  - INEDIT

Née en 1916, de l ’engagement dans les rangs français de jeunes Américains dès le début de la première guerre mondiale, alors même que les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas encore en guerre, l’escadrille La Fayette symbolise encore l’excellence de l’alliance entre la France et les USA.

Elle constitue aujourd’hui un escadron de chasse de premier ordre de l’armée de l’air française, mais est aussi à l’origine, en 1918, du premier groupe de chasse US. Les pionniers Américains d’hier aux pilotes de l’escadron de chasse français d’ajourd’hui, du Nieuport au Mirage 2000 N, l’escadrille à la tête de Sioux, a écrit un siècle de traditions et d’histoire

LA 1ERE GUERRE MONDIALE ; L'AMERIQUE ENTRE EN GUERRE

Au début de la Première Guerre mondiale, Wilson tient son pays en dehors du conflit. Mais, la menace que le déclenchement de la guerre sous-marine à outrance par les Allemands fait peser sur le commerce des pays neutres, entraîne un revirement de l'opinion publique. Les troupes américaines entrent alors dans le conflit et jouent un rôle décisif dans les combats de 1918. Wilson devint le "héros de la Guerre du Droit".


Samedi 1er et 8 avril à 20h45
Aux Etats-Unis au cœur des années 60, la lutte pour les droits civiques des noirs cristallise  l’opinion et les actions pour l’égalité. Le combat contre la ségrégation s’intensifie et des voix s’élèvent défiant l’oppression au péril de leur vie. En avril 1968, le pasteur Martin Luther King est assassiné pour avoir défendu les droits de l’homme et combattu le racisme : une bataille qui résonne toujours dans la société américaine.

Toute l’Histoire vous propose 2 soirées spéciales et des documentaires inédits.
SAMEDI 1ER AVRIL

Justice pour Martin Luther King  :
À la poursuite de James Earl ray


4 avril 1968, le pasteur Martin Luther King est assassiné à Memphis. Alors qu’il avait reçu le prix Nobel de la paix  pour son combat pour la défense des droits de l’homme, sa mort marque et bouleverse profondément la société américaine. Découvrez la
traque et la chasse à l’homme menée par le FBI pour trouver James Earl Ray, son meurtrier.


Mississippi 1964 :
L’été de la liberté


En 1964, malgré les efforts persistants des militants des droits de l'Homme, la ségrégation faisait encore rage au Mississippi et les afro-américains étaient totalement exclus du processus politique. Bien décidé à changer les choses, Robert Moses, du comité des étudiants pacifistes, organise une campagne pour convaincre un millier de volontaires blancs de venir dans l'état pour y obtenir un droit de vote, offrir une meilleure éducation et rassembler une délégation plus représentative pour se rendre à la Convention Nationale du Parti Démocrate.

SAMEDI 8 AVRIL

Les espions du Mississippi - INEDIT


Fondée en 1956, la " Mississippi State Sovereignty Commision " était une agence de l’Etat dont le but était de surveiller toutes les personnes soupçonnées de promouvoir l'intégration raciale. En réalité, ce groupuscule était un service d'espionnage qui a infiltré le mouvement des droits civiques en coopération avec le Ku Klux Klan. Mais lors de l’été 1964, une l'initiative du SNCC ( le Student Nonviolent Coordinating Committee) a été menée dans l'État du Mississippi pour faire inscrire le maximum de noirs sur les listes électorales. Lors de ce Freedom Summer, un grand nombre de Noirs ont été recrutés pour trahir le mouvement. Ce documentaire revient sur cette période sombre de l’histoire sous fond d'espionnage et de trahisons.

1961, la route vers l’égalité
Au cœur de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis, un épisode est méconnu des Français : les freedom rides, ou bus de la liberté. C’est pourtant l’une des formes de protestation qui a inspiré la Marche des Beurs quelque vingt ans plus tard. L’idée : parcourir le pays pour mettre à mal la ségrégation instaurée. Plus de 50 ans après, un road movie historique à travers l’Alabama et le Mississippi, part sur les traces de près de 450 militants, noirs et blancs, hommes et femmes. Nous retrouverons plusieurs d’entre eux dans un récit de leur lutte pour établir l’égalité.






Lundi 24 avril à partir de 20h45
Toute l'Histoire vous propose une soirée sur la révolution de l'Education avec 2 documentaires .
20h45 : L'école est à nous

Alors que Jean Zay fait son entrée au Panthéon, ce documentaire s'interroge sur l'image de lui qui demeure dans la mémoire collective française. Si l'on se souvient mieux de lui comme d'une victime de la Gestapo, il n'en reste pas moins un grand homme d'Etat. À la tête du ministère de l'Education nationale, il entreprit une révolution du système scolaire français. Il avait à cœur que chacun puisse avoir un accès à la culture et est à l'origine du CROUS, du CNRS ainsi que des bibliobus. Il est également l'instigateur du premier Festival de Cannes. Ce film retrace sa vie et son parcours, de la région Centre qui l'a vu naître et Paris en passant par Orléans, et met en lumière l'héritage qu'il nous a laissé derrière lui.

21h40 : Femmes extraordinaires : Maria Montessori

Maria Montessori était une visionnaire. Au cours d'une existence remarquable qui dura huit décennies, elle défia les conventions pour mettre au point un radical et tout nouveau système d'éducation. Celui-ci se focalise sur l'enfant en tant qu'individu indépendant. Cette pédagogie fit rapidement le tour du monde et affecta l'éducation de millions d'enfants. Ses méthodes visionnaires permirent ainsi de produire certains des esprits les plus créatifs au monde, comme ceux des fondateurs d'Amazon, Wikipédia et Google. Mais la révolution Montessori n'aurait jamais eu lieu si la ténacité de Maria n'avait pas été si grande. Dans sa jeunesse, en Italie, elle fit fi des conventions sociales et devint l'une des premières femmes docteurs d'Europe. Elle se battit sans faiblir pour les droits des femmes, des enfants et des défavorisés. Elle risqua la condamnation publique pour avoir enseigné la santé sexuelle aux femmes et heurta une fois de plus la société italienne en donnant naissance à un enfant sans être mariée. En 1930, son système d'éducation s'était répandu des Etats-Unis jusqu'au Japon, mais elle fut contrainte de fuir sa terre natale à l'arrivée de Mussolini au pouvoir. Ses travaux furent brûlés par Hitler et elle devint une nomade, propageant un message de paix à travers l'éducation dans le monde entier.
Samedi 8 avril à partir de 20h45
LES ESPIONS DU MISSISSIPPI

Fondé en 1956, la " Mississippi State Sovereignty Commision " était une agence de l’Etat dont le but était de surveiller toutes les personnes soupçonnées de promouvoir l'intégration raciale. En réalité, ce groupuscule était un service d'espionnage qui a infiltré le mouvement des droits civiques en coopération avec le Ku Klux Klan. Mais lors de l’été 1964, une l'initiative du SNCC ( le Student Nonviolent Coordinating Committee) a été menée dans l'État du Mississippi pour faire inscrire le maximum de noirs sur les listes électorales. Lors de ce Freedom Summer, un grand nombre de Noirs ont été recrutés pour trahir le mouvement. Ce documentaire revient sur cette période sombre de l’histoire sous fond d'espionnage et de trahisons.

1961, LA ROUTE DE L'EGALITE

Au cœur de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis, un épisode est méconnu des Français : les freedom rides, ou bus de la liberté. C’est pourtant l’une des formes de protestation qui a inspiré la Marche des Beurs quelque vingt ans plus tard. L’idée : parcourir le pays pour mettre à mal la ségrégation instaurée. Plus de 50 ans après, un road movie historique à travers l’Alabama et le Mississippi, part sur les traces de près de 450 militants, noirs et blancs, hommes et femmes. Nous retrouverons plusieurs d’entre eux dans un récit de leur lutte pour établir l’égalité.



Aghet : 1915, le génocide Arménien

En arménien, le mot aghet signifie catastrophe. Cette catastrophe, c'est celle du massacre d'un million et demi d'Arméniens entre 1915 et 1918, dans l'Empire ottoman. Mais la Turquie d'aujourd'hui refuse toujours de reconnaître sa responsabilité dans ce que les historiens sont presque unanimes à qualifier de génocide. Le président turc Erdogan déclare avoir encore besoin de preuves. Et même si l'on commence, timidement, à oser aborder publiquement le sujet dans le pays, ceux qui s'opposent à la version officielle risquent gros.

L'arbre

À travers ce documentaire, le réalisateur Hakob Melkonyan évoque l’histoire de sa grand-mère, Azniv Martirosyan. Elle fut la seule survivante au génocide arménien de 1915 sur une famille de 38 personnes. Il refait le parcours de sa déportation. Son récit est accompagné par trois autres récits en voix off et trois témoignages inédits de survivants. Six témoignages d’enfants dont les récits se croisent et se répondent selon la chronologie de l’histoire. Des interviews de spécialistes internationaux éclairent le propos. Au final le film montre comment les autorités turques avaient planifié le massacre d’un million et demi d'Arméniens dont 300.000 enfants...

Dimanche 30 avril à partir de 20h45
LES 7 JOURS QUI ONT FAIT HITLER

Comment le fils ordinaire d'un fonctionnaire autrichien est-il devenu le plus tristement célèbre dictateur du 20ème siècle ? Ce documentaire revient sur les sept événements clefs qui ont contribué à former l'esprit de Hitler et l'on conduit à son objectif de domination ultime. Lors de chacun de ces moments, des experts interviennent pour commenter l'impact psychologique qu'ils ont eu sur le Führer et les circonstances qui ont mené à son ascension au pouvoir, du rêveur égaré à l'un des homme les plus puissants de la planète...

LE DERNIER QG D'HITLER

Adolf Hitler a passé plus de 800 jours dans la Wolfsschanze, son quartier général secret à partir duquel il a commandé ses forces armées contre les Alliés. Construite dans une forêt polonaise loin de toute ville, les quartiers et les bunkers en béton ont été soigneusement camouflés avec de l'herbe, de la végétation et des arbres sur les toits. Ce documentaire vous plongera dans la tanière du loup en examinant les plans originaux et en reconstituant en 3D les éléments architecturaux clés du siège de haute sécurité de Hitler, tout en explorant de nombreuses structures jamais montrées au public.
Mardi 11 avril à partir de 20h45
QUAND NAPOLEON DECHAINAIT L'EUROPE

1815.Lorsque Napoléon fait son retour de l'île d'Elbe, il est devenu un usurpateur pour la France. Hors la Loi en Europe, son unique échappatoire, son ultime coup est une nouvelle guerre. Mais tout s'effondre pour l'empereur le 18 juin 1815, à Waterloo. À l'occasion du bicentenaire de cette bataille devenue mythique, nous découvrirons dans ce documentaire historique comment la destinée d'un seul homme a pu être à la fois géniale et regrettable pour la France et quelles sont les répercussions de son action sur l'Europe moderne.

POURQUOI NAPOLEON A-T-IL PERDU LA BATAILLE DE WATERLOO ?

Le 18 juin 1815, l’armée française menée par Napoléon Ier essuie une défaite décisive à la bataille de Waterloo. Après des semaines de combat et de violents orages, les soldats sont épuisés. Le sol détrempé empêche les boulets de canon de rebondir pour toucher l’ennemi. À cause de cette météo catastrophique, l’empereur décide de bouleverser son plan de bataille, ne sachant pas encore qu’il mène ainsi ses hommes au désastre. Le journaliste Eric Brunet dévoile les coulisses de cette journée, passant au crible les détails insolites et partant à la rencontre d’experts.