Documentaire INEDIT - - 2018 - France - 52 mins
De Miriana Bojic, Walter
Résumé

Oustachis, le génocide oublié
Documentaire · 52’

Ce documentaire retrace l’histoire des Oustachis, révolutionnaires nationalistes Croates qui se font connaître par des attentats sanglants pendant l’entre-deux-guerres. Ils se voient remettre le pouvoir par les Nazis et les Fascistes en 1941 en créant l’Etat indépendant de Croatie. Ils pilotent alors un état fantoche anti-communiste, anti-démocratique, anti-capitaliste, qui commet des atrocités : épuration ethnique, construction de camps d’extermination etc. Cette histoire terrible, c’est pourtant l’une des pages les plus méconnues de la Seconde Guerre Mondiale. Et pour cause, elle a été consciencieusement étouffée. Par volonté, réalisme ou idéalisme ?

Suivi de :

Yougoslavie, de l'autre côté du miroir
Série documentaire 2x52'

Ce film raconte l’histoire d’un immense espoir, l’espoir de tous les peuples slaves du sud de s’unir dans un seul pays. Un immense espoir qui s’est fracassé dans la plus barbare des violences, la violence des guerres qui ont ensanglanté l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Le royaume du Roi Alexandre entre 1918 et 1941, la République socialiste de Tito de 1945 jusqu’à sa mort en 1980, les tentatives aussi vaines que mortifères de Slobodan Milosevic à la fin des années 1980, toutes ces expériences étatiques d’unir les peuples des Balkans ont échoué. À chaque fois, aucun de ces dirigeants n’est parvenu à imposer sur la durée un modèle institutionnel, politique et social capable d’éviter sa propre disparition. Pour essayer de comprendre les racines profondes de ces échecs successifs, pour analyser pourquoi ces différentes « expériences yougoslaves » se sont abîmées dans les haines et les divisions, ce documentaire se penche sur ses dynamiques internes. C’est donc une plongée dans l’histoire politique, économique et sociale des Balkans que nous proposons. Sans vouloir occulter le rôle des acteurs étrangers, il est essentiel de raconter cette histoire du point de vue des peuples yougoslaves, des Serbes, des Croates, des Slovènes, des Bosniaques, des Monténégrins, des Macédoniens ou des Kosovars. Pour assoir cette démarche, nous avons sollicité des entretiens auprès des meilleurs spécialistes des Balkans, tous pour la plupart issus d’ex- Yougoslavie. Ce film en deux parties se termine de nos jours sur un constat bien amer. Sept pays indépendants (en comptant le Kosovo) sont nés de l’éclatement de la Yougoslavie. Partout, les haines et les rancoeurs restent tenaces, ardentes. Comme si le mythe d’un ensemble uni et multiethnique n’en finissait pas de mourir et d’attiser les passions.

INEDIT