documentaire - Tout public - 2015 - France - 52 mins
De Sandra, Paugam
Résumé

Courtisanes, demi-mondaines, cocottes, filles de joie, grandes horizontales, danseuses, lorettes, grisettes, filles de brasserie, buveuses, trotteuses, pierreuses... : si le vocabulaire désignant les prostituées au XIXe siècle s'avère si riche, c'est qu'il prend la mesure de l'ampleur nouvelle que connaît à cette époque le plus vieux métier du monde. Alors en plein essor, le capitalisme bouleverse les conventions, et, en opposition avec un second Empire obsédé par la vertu, favorise la marchandisation des corps féminins. De la courtisane de haut vol à la pierreuse, arpentant les mauvais trottoirs des faubourgs, l'image de la femme «légère» s'étoffe et se diversifie.

Suvi de :

Filles de joie et de misère

Regards sur la vie des filles de joies dans les maisons closes. Les maisons closes, univers fantasmagoriques d’un autre temps où les femmes en plus d’être prostituées étaient recluses. Maisons aux volets fermés, Maisons dorées en toc ou or massif. Il y avait de tout, pour tous les goûts, toutes les bourses. Maison luxueuse où les grands de ce monde se croisaient : futur roi d’Angleterre ou stars américaines, tous s’agitaient dans les mêmes bras voluptueux. Mais si ces lieux revêtent encore un charme suranné, les filles, ces filles de joie, ne rêvaient que de s’affranchir et de liberté.

Rediffusion :
samedi 22 décembre à 09:04
jeudi 27 décembre à 05:12